Update lecture

Bonjour à tous ! Je m’excuse encore une fois de ce retard… mais j’ai vraiment du mal à trouver un rythme régulier. De plus, me donner une date d’échéance pour publier un article me met plutôt la pression. Donc, à partir de maintenant, je ne me fixerai plus un moment précis pour la publication d’un article… Je le ferai quand j’aurais le temps et l’envie, mais ne vous inquiétez pas, ça ne sera jamais bien long 🙂

Enfin bref ! Aujourd’hui je vous présente mon premier update lecture ! Au programme : 3 livres que j’ai lu ces derniers mois ! Bonne lecture à tous 🙂

91wzulnce2l

Les Héros de l’Olympe : La Marque d’Athéna

Rick Riordan

608 pages

Livre de poche

2012

 

 

L’histoire : Nous retrouvons dans ce troisième tome notre groupe des 7 sangs-mêlées qui sont chargés d’une très lourde tâche : empêcher Gaia de se réveiller. Ainsi romains et grecs vont devoir s’allier pour affronter cette puissante déesse qui pourrait mener le monde à sa destruction. C’est ainsi que les Sept montent à bord de l’Argo II. Leur destination? Rome. Cette grande ville européenne est menacée par deux géants qui entament une cérémonie pour réveiller la déesse mère. Comme l’indique le titre, ce tome se concentre surtout sur la petite amie du fils de Poseidon, Annabeth Chase. Cette dernière doit mener cette quête pour venir en aide à sa mère, Athéna : « Suis la marque d’Athéna. Venge moi ! ». Elle est donc au centre de la prophétie. Est-ce que les héros parviendront-ils à réussir cette quête et à sauver le monde, même si c’est au péril de leur vie?

Mon avis : J’ai enfin continué la super saga Les Héros de l’Olympe avec ce tome 3 ! J’avoue je suis en retard mais bon… que voulez-vous? Je prends mon temps ! Sachez que je suis une grande fan du cycle Percy Jackson de Rick Riordan. La saga PJ est d’ailleurs une de mes favorites ! Donc, en tant que fan qui se respecte, j’ai voulu découvrir la « suite logique » en commençant Les Héros de l’Olympe ! J’ai beaucoup apprécié les deux premiers tomes et maintenant, le troisième est sorti de ma PAL ! Alors alors…. ce tome est vraiment très bon. En effet, l’univers s’assombrit, on sent que la menace est proche, c’est vraiment intéressant et bien amené. MAIS. Il y a un mais. J’ai été énormément spoilé sur ce troisième tome bien avant de l’avoir lu, et le truc… c’est qu’en commençant ma lecture, j’en ai eu des attentes énormes ! Du coup, je suis plutôt septique concernant ce troisième tome, je n’ai eu au final, que peu de surprises. De plus, les personnages m’ont assez vite saoulée, à ma grande surprise. Car, à la base, j’ai eu un coup de coeur sur cette saga pour ses personnages ! Mais maintenant, je viens de redécouvrir la saga après 2 ans d’attente et entre temps… j’ai grandi. J’ai donc un peu plus de mal avec leur humeur parfois TRES lourd ainsi que les passages assez « cucu ». Mais bref, je suis donc mitigée pour Le Marque d’Athéna mais j’ai tout de même hâte de découvrir le prochain tome car cette saga reste très précieuse à mes yeux.

 

9782253059011-001-t

Le Fusil de Chasse

Yasushi Inoué

87 pages

Le Livre de Poche

1992

 

L’histoire : « Le fusil de chasse raconte l’histoire d’une liaison entre un homme marié, Josuké, et une jeune femme divorcée, mère d’une grande fille. Trois lettres, trois récits à la première personne forment les trois faisceaux du drame. Il y a une lettre de la jeune fille qui expose à Josuké qu’elle a lu le journal de sa mère et qu’elle sait comment et pourquoi celle-ci est morte. Il y a la lettre de la maîtresse écrite avant son suicide. Au centre, omniprésent, l’homme solitaire avec son fusil de chasse. De lettre en lettre, se dévoilent au lecteur les différents aspects de cette tragédie. »

Mon avis : un jour, en littérature anglaise, le prof nous a lu un extrait d’un livre qui l’avait ému. Il nous avait pas donné le titre, ni le contenu de l’histoire. Le seul indice qu’il nous dévoilé était le suivant : l’auteur est japonais. Dès que j’ai appris ça, j’ai passé ma soirée à rechercher sur internet ce fameux livre en me servant de ce que je savais de ce livre. C’est à dire l’extrait qu’il nous avait cité, couplé de la mention « auteur japonais ». Autant vous dire que j’ai galéré pour trouver ce ce putain de titre ! Mais avec de la persévérance, j’ai trouvé le fameux Fusil de chasse. Bon oui, j’aurais pu simplement demandé à mon prof mais… j’avais envie de me débrouiller toute seule x) Et j’en suis aujourd’hui très fière ! Ce livre est si poétique et si magnifique. Je n’en reviens toujours pas. Chaque lettre, chaque mot, chaque phrase, chaque page nous bouleverse. Les émotions ressenties par ces femmes, toutes différentes et pourtant liées, sont si intenses qu’on arrive à les ressentir aujourd’hui. Je vous conseille vraiment ce livre, il est court et efficace. Clairement, cette lecture est inoubliable. 87 pages de poésie.

 

71at0lwjzgl

La Mécanique du coeur

Mathias Malzieu

122 pages

Flammarion

2007

 

 

L’histoire : Vous la connaissez toute n’est-ce pas? 😉 C’est parti pour du radotage. Jack nait le jour le plus froid du monde à Edimbourg. De ce fait, son coeur est gelé et conditionné à fonctionner grâce à une horloge fabriquée par sa mère adoptive, Madeleine. Le protagoniste devra ainsi se confronter au monde en suivant 3 règles fondamentales : ne pas toucher à tes aiguilles, ne pas t’énerver et surtout… ne jamais tomber amoureux. Bien évidemment, le petit Jack va échapper à cette règle puisqu’il va tomber éperdument amoureux de Miss Acacia, la « petite chanteuse ». Dès lors, il va dédier – littéralement – sa vie pour lui prouver son amour.

Mon avis : Ce roman est un conte absolument merveilleux pour moi. Ce qui me plait le plus est le style, il est si poétique. L’auteur utilise des figures de style pour décrire les sentiments et les pensées de Jack. De plus, Malzieu parle de sujets très violents avec les rêves et les sentiments de l’enfance. Cela est très déconcertant et bizarre d’une part mais c’est ce qui constitue la richesse du roman pour moi. L’auteur décrit un univers merveilleux et original dans lequel il est agréable de s’y plonger. C’est un parfait mélange entre enfance et âge adulte. C’est une lecture très intéressante et magique en fait. En apparence, on dirait un livre destiné à être lu par les enfants mais je ne suis pas d’accord, je pense que les jeunes adultes peuvent apprendre beaucoup de l’histoire de ce petit Jack.

 

Et vous, quels livres avez-vous lu récemment? 🙂

A très bientôt !

 

fond-blanc-1024x957

Arthur Rimbaud

rimbaud

« L’homme aux semelles de vent. »

Arthur Rimbaud est un poète français (non, sans blague) né en 1854 à Charleville, dans les Ardennes. Très jeune, il souffre de l’absence de son père Frédéric Rimbaud, militaire, et ce n’est pas l’amour maternel qui palliera ce manque, puisque Vitale Cuif est stricte et autoritaire. Dévote, susceptible et austère, sa mère incarne une attitude que Rimbaud rejette fortement et qu’il va chercher à fuir. L’école sera son premier lieu d’évasion. En effet, au collège Charleville, il se lie d’amitié avec son professeur de réthorique, Georges Izambard. Ce dernier lui fait découvrir Rabelais, Victor Hugo et Théodore de Banville. Sa mère refuse complètement cette amitié ce qui poussera son fils à faire sa première fugue. En effet, en 1870, le poète se rend à Paris où il se fait emprisonné. M. Izambard parvient à le libérer et l’autorise à séjourner chez les demoiselles Gindre, famille du professeur. Avant de rentrer à Charleville, il se rend à Bruxelles et Douai. C’est pendant cette période qu’il complète un ensemble de textes qui aura pour nom Le cahier de Douai. En 1871, Rimbaud prend parti pour les Insurgés parisiens. Il se rend donc à Paris pour une période de deux semaines, pendant laquelle il rencontrera Paul Verlaine, son futur compagnon.

« Aussi le traitai-je en homme, écrit G. Izambard. Et comme visiblement il n’y était pas habitué, cela lui allait au cœur. Il me disait ses lectures, déjà abondantes, variées sans pruderie mais sans recherche aucune de salacités équivoques… Ce qu’il ne me disait pas encore, c’est à quelles ruses il était forcé de recourir, chez lui, pour y déguster en catimini les romans les plus anodins, les plus manifestement littéraires »

fa319e5032bd86266979447f9fd22f29d3d5f3b8

 Cahier de Douai : il s’agit d’un ensemble de 22 poèmes écrits par Rimbaud lorsqu’il avait 16 ans. Il les réunit lors de son séjour à Douai en 1870. Il n’attribue pas de titre à ce recueil et confie cet ensemble à Paul Demeny afin qu’il soit publié. Vraisemblablement écrit entre mars et octobre 1870, ce recueil est décomposé en deux liasses :

Premier cahier : 

  1. Première soirée
  2. Sensation
  3. Le Forgeron
  4. Soleil et chair
  5. Ophélie
  6. Bal des pendus
  7. Le Châtiment de Tartufe
  8. Vénus anadyomène
  9. Les Réparties de Nina
  10. A la musique
  11. Les Effarés
  12. Roman
  13. « Mort de Quatre-vingt-douze »
  14. Le Mal
  15. Rages de Césars 

Deuxième cahier :

  1. Rêvé pour l’hiver
  2. Le Dormeur du val
  3. Au Cabaret-Vert, cinq heures du soir
  4. La Maline
  5. L’Eclatante Victoire de Sarrebruck 
  6. Le Buffet
  7. Ma Bohème

La deuxième liasse, composée des 7 sonnets, est délivrée à Demeny lors de son deuxième séjour à Douai (donc lors d’une deuxième fugue). Il écrit plus tard à son éditeur : « Brûlez, je le veux, et je crois que vous respecterez ma volonté comme celle d’un mort, brûlez tous les vers que je fus assez sot pour vous donner lors de mon séjour à Douai ». Comme vous pouvez vous en doutez, Demeny ne le fit pas et c’est TANT MIEUX.

Voici les deux poèmes que ce recueil qui sont les plus marquants à mes yeux :

Premier Cahier : « Sensation »

rimbaud_sensation

« Par les soirs bleus d’été, j’irai dans les sentiers,

Picoté par les blés, fouler l’herbe menue :

Rêveur, j’en sentirai la fraîcheur à mes pieds.

Je laisserai le vent baigner ma tête nue.

Je ne parlerai pas, je ne penserai rien :

Mais l’amour infini me montera dans l’âme,

Et j’irai loin, bien loin, comme un bohémien,

Par la nature, heureux comme avec une femme. »

Deuxième cahier : « Le Dormeur du val ». Sans doute le poème le plus connu de Rimbaud.

dormeur-du-val2

« C’est un trou de verdure où chante une rivière,

Accrochant follement aux herbes des haillons

D’argent ; où le soleil, de la montagne fière,

Luit : c’est un petit val qui mousse de rayons.

Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,

Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,

Dort ; il est étendu dans l’herbe, sous la nue,

Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.

Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme

Sourirait un enfant malade, il fait un somme :

Nature, berce-le chaudement : il a froid.

Les parfums ne font pas frissonner sa narine ;

Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine,

Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit. »

Passion, débauche, alcool, violence…

verlainerimbaud

Bien que Rimbaud soit connu pour sa poésie (magnifique), on retient également de lui sa relation avec le poète Verlaine. Ils se rencontrent en 1871 à Paris. Assez vite, cette relation prend un tournant surprenant : un amour interdit nait. Paul Verlaine décide de quitter sa femme, son enfant disant ainsi adieu à sa vie ordinaire et stable. Les poètes vont mener une vie de débauche où passion, poésie, sexe sont les maitres mots. Seuls face au reste du monde qui s’oppose à leur amour, les « amants maudits » boivent, jurent, provoquent et c’est sans doute cette attitude qui a donné naissance à leurs plus beaux poèmes (il faut l’avouer !). Deux années de pur bonheur, rythmés par des voyages à Londres et à Bruxelles et pendant lesquelles les deux hommes composent des poèmes sublimes encore récités aujourd’hui.

« Le Sonnet du trou du cul »

En 1872, les deux poètes publient « Le Sonnet du trou du cul » afin de pasticher le style d’Albert Mérat, poète parnassien. Les deux quatrains ont été écrit par Verlaine, les tercets par Rimbaud. Les poètes tournent en dérision le style de leur contemporain en écrivant un texte novateur de par sa forme et subversif de par son contenu. Ils décrivent avec humour de ce qui est a trait au laid et au grossier. Je vous laisse en témoigner…

haugwstb_ogwok7zjxqnxsztavm

Cependant, un amour passionné finit toujours par de la douleur. L’amour destructeur était le genre de relation que partageait les deux êtres. Suite à de nombreuses disputes, Rimbaud quitte Paris pour rentrer dans les Ardennes.  C’est pendant cette période qu’il commence à rédiger Une saison en enfer. Après une « réconciliation », les deux poètes regagnent Londres mais les disputes commencent peu à peu à rythmer leur quotidien. A son retour, Rimbaud humilie et malmène son amant, entrainant ainsi son départ. Désespéré par ce départ, Rimbaud écrit une lettre à son amant pour qu’il revienne.

rimbaud-signature

Les deux se remettent ensemble et se retrouvent en Belgique.Cependant les deux amants partagent une relation devenue nocive. En effet, leur histoire est de plus en plus heurtée. Tiraillé par sa profonde tristesse, par ses envies suicidaires et victime de l’absinthe, Paul Verlaine tire une balle sur Rimbaud dans leur chambre à Bruxelles. Ce coup de feu a fait coulé plus d’encre que de sang puisque Rimbaud n’est touché qu’au poignet. Suite à cet événement, leur relation change et se brise à jamais.

« Je me crois en enfer, donc j’y suis. »

Les deux poètes se séparent définitivement. Rimbaud rentre chez lui et termine Une saison en enfer. Il s’agit de la seule oeuvre dont il ait entrepris la publication, à compte d’auteur. Seuls les 4 exemplaires d’auteur sont distribués par Rimbaud à ses amis, dont Verlaine qui dit à ce sujet : « tout ce qui était à la maison fut détruit par lui-même (…) au sujet de la Saison en Enfer : quelques jours après avoir reçu avis de l’éditeur, il se fit remettre ce qu’il croyait être la totalité des exemplaires et brûla le tout en ma présence ». Ainsi, ce recueil est perçu comme un adieu à la poésie. En effet il s’agit de la dernière production littéraire du poète.

Une reconversion inattendue…

Suite à sa rupture, Rimbaud n’écrit plus aucun poème. Il s’engage pour six ans dans l’armée coloniale hollandaise puis retourne à Charleville en mai 1876. Deux ans après, il trouve un emploi de chef de chantier à Chypre et rentre en France en 1879. En 1880, il s’embarque pour l’Egypte et trouve un emploi dans le commerce des peaux et du café. Il finit sa vie en faisant du trafic d’armes. En 1891, il est rapatrié en France à cause du tumeur dans le genou qui sera à l’origine de sa mort.  Il meurt à 37 ans, laissant derrière lui le recueil Les Illuminations, publié à titre posthume en 1895.

Un des poèmes les plus connus de ce recueil : « Aube »

« J’ai embrassé l’aube d’été.

Rien ne bougeait encore au front des palais. L’eau était morte. Les camps d’ombres ne quittaient pas la route
du bois. J’ai marché, réveillant les haleines vives et tièdes, et les pierreries regardèrent, et les ailes
se levèrent sans bruit.

La première entreprise fut, dans le sentier déjà empli de frais et blêmes éclats, une fleur qui me dit son nom.

Je ris au wasserfall blond qui s’échevela à travers les sapins : à la cime argentée je reconnus la déesse.

Alors je levai un à un les voiles. Dans l’allée, en agitant les bras. Par la plaine, où je l’ai dénoncée au coq.
A la grand’ville elle fuyait parmi les clochers et les dômes, et courant comme un mendiant sur les quais de marbre,
je la chassais.

En haut de la route, près d’un bois de lauriers, je l’ai entourée avec ses voiles amassés, et j’ai senti un peu
son immense corps. L’aube et l’enfant tombèrent au bas du bois.

Au réveil il était midi. »

Un poète qui traverse les siècles 

Il est indéniable d’affirmer que Rimbaud est un des plus grands poètes français de tous les temps. Son histoire fascine toujours et ses poèmes sont intemporels : Rimbaud est donc inoubliable.

Un livre : Les plus beaux manuscrits d’Arthur Rimbaud

r_1368

En 2004, Nathalie de Vallières et Roselyne de Ayala publient Les plus beaux manuscrits d’Arthur Rimbaud aux éditions La Marinière. Bien sûr il ne s’agit pas de l’unique écrit sur Arthur Rimbaud, BIEN AU CONTRAIRE ! Mais c’est sans aucun doute celui que je conseille le plus. Tout d’abord, la qualité de l’ouvrage est indéniable : grand format, papier glacé, images de couleur. Il est également très complet. Cette oeuvre nous présente – comme nous l’indique le titre – les plus beaux textes de la production littéraire du poète. Vous pourrez retrouver dans ce livre une photocopie des manuscrits authentiques de Rimbaud ainsi que leur retranscription dactylographiée. Rajoutez à cela quelques anecdotes sur la vie intégrale de Rimbaud et vous obtenez le contenu de ce livre.

Si ce poète vous intéresse, foncez sur ce livre ! Vous ne serez pas déçus, je vous l’assure 😉

Un film : Eclipse Totale

Tout le monde connait Leonardo DiCaprio. Tout le monde connait David Thewlis. Mais personne connait ce film ! Eclipse Totale est un long métrage franco-anglo-belge réalisé par Agnieszka Holland en 1995. Si vous voulez en savoir plus sur cette fascinante histoire d’amour, je vous conseille à 1000% ce film qui saura vous séduire. D’une part, la prestation des acteurs est impressionnante et d’autre part l’histoire est bouleversante. On rit, on pleure, on crie, on est ému pendant ce film. Leo et David redonnent vie aux poètes… c’est magnifique. Ce film ne présente aucun artifice, il dévoile la personnalité de ces poètes dans toute leur splendeur mais également dans toute leur laideur. Cette histoire est racontée de manière si…poétique. Ce qui est, je pense, logique au final.

Je n’ai pas trouvé la BA en français MAIS vous pouvez trouver le film sur dailymotion en français. Le film est juste sectionné en plusieurs parties 🙂

L’histoire continue ….

Petite anecdote pour finir cet article. Saviez-vous que l’arme mythique avec laquelle Verlaine a tiré sur son amant a été vendue aux enchères? Et oui ! Ce révolver a été acheté pour le prix de 434 500€. Cette fameuse arme, à l’origine du plus célèbre coup de feu de la littérature française, est maintenant entre les mains d’un inconnu.

3011-revolver-verlaine-m

Et voilà ! C’est tout pour cet article 🙂

J’espère qu’il vous a intéressé et que vous en avez appris plus sur ce poète que j’apprécie tout particulièrement ❤

Je vous laisse et à bientôt pour un nouvel article 😉

fond-blanc-1024x957

Acquisitions livresques

Bonjour à tous ! Je vous retrouve aujourd’hui, avec du retard, pour mon premier article sur mes acquisitions livresques ! Bonne lecture 😉 Et surtout…..

fond-blanc-1024x957


o-clockwork-orange-facebookA Clockwork Orange (L’Orange Mécanique)

Anthony Burgess

144 pages

1962 (Première édition) – 2011 (édition Penguin)

L’histoire : « Le décor inquiétant de cette fable anti-utopiste est bien connu : c’est celui de la banlieue concentrationnaire qui va recouvrir peu à peu la surface habitable de la planète. Une immense zone urbaine d’ennui, de désolation et de peur. Sur ce monde déshumanisé et ses habitants asservis, Alex, le voyou au charme pervers féru de musique classique et de langues anciennes, entend régner par la violence et la terreur. À la tête de sa horde adolescente, il matraque, viole, brûle, torture, et s’acharne à détruire une société programmée pour le bonheur et le progrès.

Un jour, il est arrêté et envoyé en prison. Afin de faire écourter sa peine, il se porte volontaire pour une thérapie révolutionnaire financée par le gouvernement dans le cadre d’un programme expérimental d’éradication de la délinquance où des psychanalystes l’emploient comme cobaye dans des expériences destinées à juguler la criminalité. Il s’agit d’amener Alex à associer certains stimuli (des scènes de violence ou de sexe projetées sur un écran qu’il est forcé de regarder) aux douleurs provoquées par les drogues qu’on lui administre au cours de ce traitement.

Après sa remise en liberté, il apparaît totalement inadapté et sans défense face au reste de la société. Chassé et agressé par tous, il se réfugie chez un homme, qui se révèle une de ses anciennes victimes. Celui-ci, désireux d’affaiblir le gouvernement en place et de se venger d’Alex, décide de le pousser au suicide.

La tentative échoue. Alex est finalement sauvé et pris en charge par le ministre de l’Intérieur. »

Dans ma PAL* : Il était temps que je me procure ce livre ! Depuis le temps qu’on m’en a parlé ! Que ce soit le livre ou le film, mes amis m’ont très fortement conseillé de découvrir cet univers assez particulier. Et bien entendu, je ne me suis plongée dans aucun des deux ! *honte à moi*. Mais ne vous inquiétez pas, je vais régler cette erreur très prochainement puisque je me suis procurée ce roman, en langue originale, et ma lecture ne saurait tarder. Et seulement après avoir lu le livre, je me motiverai pour voir le film :p

J’ai très hâte de me plonger dans cet univers car… LA SF OMG *___* !!!!! C’est un genre que j’aime énormément et, on le sait tous, A Clockwork Orange (ou Orange Mécanique, choisissez votre camp x) ) en est une référence ! C’est donc une urgence extrême de le lire *jamais dans l’excès*. Je vous ferai, bien sur, un update lecture une fois que j’aurais dévoré ce roman 😉

715vlp6m-ol

To Kill a Mockingbird (Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur)

Harper Lee

394 pages

1960 – 2012 (Reprint)

L’histoire : « Dans une petite ville d’Alabama, au moment de la Grande Dépression, Atticus Finch élève seul ses deux enfants, Jem et Scout. Homme intègre et rigoureux, cet avocat est commis d’office pour défendre un Noir accusé d’avoir violé une Blanche. Celui-ci risque la peine de mort. »

Dans ma PAL : Alors cette fois ci… ce n’est pas une personne réelle qui m’a conseillé ce livre. Et non ! Il s’agit du personnage de Charlie dans Le Monde de Charlie de Chobsky qui m’a fait acheter ce livre ! Au début (ou à la fin, je ne me souviens plus) de ce roman, on y trouve une liste de toutes les oeuvres littéraires et les musiques mentionnées par le protagoniste et ses amis. Je peux vous assurer qu’on y fait de belles découvertes ! Je me suis donc intéressée vers ce classique de la littérature américaine. Le synopsis m’intrigue beaucoup et en plus de Charlie, j’en ai entendu que du bien ! De plus, ça ne peut que renforcer ma culture littéraire, et ça ce n’est pas négligeable !

On the Origin of Stories: Evolution, Cognition, and FictionOn The Origin Of Stories

Brian Boyd 

560 pages

2010 (Reprint)

Alors, pour ce livre, je ne vais pas vous raconter le synopsis puisqu’il y en a pas, tout simplement. Il ne s’agit ni d’une fiction ni d’un roman. L’auteur Brian Boyd, décrit dans son oeuvre quels rapports nous entretenons avec la lecture, pourquoi nous racontons des histoires. Je suis très sensible à ce sujet car je suis convaincue que l’histoire (au sens de « raconter une histoire ») nous rend humain. C’est d’ailleurs pour cela que nous aimons tant en raconter, en écouter. D’après l’auteur c’est un moyen d’assurer la survie humaine. J’ai déjà lu un livre qui traite du même sujet : The Storytelling Animal de Jonathan Gottschall. Ce livre m’a rendue bouche bée. Ca mélange biologie et psychologie humaine pour expliquer pourquoi nous ne cessons d’inventer, d’imaginer des histoires. Pour des accros de la littérature, ça ne peut que être touchant ! Je ne vous en dit pas plus sur ce sujet, car j’ai prévu un article spécial sur ce lien essentiel qui existe entre humain et histoire.

J’ai découvert ces livres grâce au magnifique hommage qu’a rendu Léo Grasset (vidéaste sur la chaîne youtube DirtyBiology) à l’acteur Robin Williams après son décès en  2014.

PS : malheureusement, ces livres ne sont pas traduits ! Vous pouvez seulement les trouver en langue originale, c’est à dire en anglais. Je ne peux rien dire pour On The Origin Of Stories mais en ce qui concerne The Storytelling Animal, il est très simple à comprendre ! Pas besoin d’être bilingue 😉

41ferqecsul-_sx316_bo1204203200_La vengeance des dieux. 1er tome : La chasse à l’homme

Christian Jacq

360 pages

XO Editions

L’histoire : « 528 avant notre ère. Dans la merveilleuse cité de Sais, à l’ouest du delta du Nil, se noue un drame décisif pour le destin de l’Egypte. Un jeune scribe, Kel, découvre toute l’équipe du prestigieux Bureau des Interprètes, assassinée. Paniqué, Kel s’enfuit avec le papyrus crypté sur lequel le Bureau travaillait. Désormais, tout l’accuse : le voici devenu le coupable idéal au coeur d’une affaire d’État !

Car l’Egypte est à un tournant de son histoire. Le pharaon usurpateur Amasis, ivrogne et paresseux, ne s’intéresse qu’à la Grèce et ne voit pas se profiler l’ombre inquiétante des Perses à ses frontières. Intrigues et trahisons ne cessent de secouer la Cour…

Dans cette atmosphère délétère, quelqu’un a monté une machination contre le jeune Kel. Un complot qui dépasse de loin la personne du petit scribe !

Seul, traqué à la fois par les conjurés et par la police du royaume, Kel doit briser le code du mystérieux papyrus pour prouver son innocence. Ses chances de sortir vivant de l’aventure paraissent infimes… À moins que les dieux ne viennent enfin à son secours ? »

Dans ma PAL : Le premier livre en français de cet article sur mes acquisitions ! J’ai découvert ce livre en trainant dans la bibliothèque paroissiale proche de chez moi. En farfouillant un peu dans les rayons je suis tombée dessus et j’ai été immédiatement captivée par la couverture ! J’ADORE l’histoire ancienne, J’ADORE la mythologie. Donc, forcément, quand on mélange deux choses que j’aime – à savoir livre et mythologie – je ne peux qu’adhérer ! D’autant plus que le synopsis donne vraaaaaiment envie, vous ne trouvez pas? Je n’ai jamais lu Christian Jacq mais je sais qu’il est une référence dans la littérature historique, donc il est temps que je découvre !

*PAL : Pile A Lire. Il s’agit tout simplement des livres que vous vous êtres procurés et que vous n’avez pas encore lu !


Et voilà ! Voici mes acquisitions livresques ! Avez vous lu les livres que j’ai présentés? Quelles sont vos dernières acquisitions? Avez-vous reçu des livres à Noel? 🙂

Je vous dit à bientôt pour un prochain article (qui me prend beaucoup beaucoup de temps !). J’espère qu’il vous plaira !

fond-blanc-1024x957

Skippy dans les étoiles

Bonjour à tous !

Aujourd’hui je vous parle d’un livre qui n’a connu que trop peu de succès à mon goût. Je n’en ai ni entendu parler sur Booktube ni sur les blogs ! Je compte donc y remédier en vous présente aujourd’hui le sublime Skippy dans les étoiles de Paul Murray !

Il l’aime, il ferait n’importe quoi pour elle, sacrifierait sa vie s’il le fallait – si par exemple elle était une princesse menacée par un dragon cracheur de feu, et lui un chevalier sur sa monture, il chargerait avec sa lance sans hésiter une seconde (…)

Skippy-dans-les-etoiles-de-Paul-Murray-Belfond.jpg

Skippy dans les étoiles

Paul Murray

2013

677 pages

Belfond

L’histoire : Dans cette oeuvre, nous suivons le personnage de Skippy. Jeune adolescent coincé, exclu, timide, qui a pour seul ami un obèse génie en maths du nom de Ruprecht. Ils sont tous deux étudiants à Searbrook College, une institution dublinoise qu’ils détestent. Le jeune Skippy va tomber fou amoureux de la plus belle fille de la ville, Lori tout en étant menacé de mort par la terreur du collège, dealer occasionnel et psychopathe, Carl. Tout au long du roman nous allons suivre ces personnages et les voir évoluer. Cette histoire met en lumière toutes les étapes de l’adolescence : nos perpétuels questionnements sur le monde ainsi que notre quête d’identité.

Mon avis : Quel roman bluffant ! Cela m’étonne que si peu de personnes en parlent ! Bien que ce roman soit un long pavé, il en vaut sérieusement le détour ! Ce roman nous offre une palette de personnages très riche en couleurs. Au final Skippy n’est pas le personnage principal, ils sont tous très importants ! En effet, nous sommes en présence de personnages très différents et attachants et nous assistons à leur évolution au fil du roman. Cette histoire ouvre l’esprit et incite à la tolérance. Au départ nous nous sentons proches des personnages qui nous ressemblent, puis nous nous rendons compte de leurs mauvais côtés. Parallèlement, les personnages repoussants finissent par être attachants. Cela nous permet ainsi d’avoir un regard neutre sur les personnes, de ne pas juger hâtivement et c’est une leçon magnifique ! Je ne peux pas vous en dire plus sur la trame car ça serait vous la gâcher.. puis je ne pense pas que ce soit ce qui est le plus mis en valeur par l’auteur ! Ce roman décrit tout simplement l’adolescence telle qu’elle est. Ni plus, ni rien. Sans fioritures, sans artifices. C’est un peu un roman d’apprentissage qui nous offre de belles leçons d’amitié et d’amour. C’est forcément touchant et émouvant car il s’agit d’une période que nous avons tous vécu : nos perpétuels questionnements sur le monde et les autres, notre peur de grandir, nos rapports avec les adultes qui peuvent être compliqués ainsi que notre quête d’identité… Tous est représenté simplement et superbement par Paul Murray. Pour finir, je rajouterai que ce livre est un ascenseur émotionnel : on passe du rire aux larmes continuellement (un peu comme l’adolescent et ses changements d’humeur excessifs :p). Je vous l’assure, Skippy dans les étoiles bouleverse ! Ruez vous dessus, vous ne regretterez pas 😉

La technologie devient plus astucieuse tous les jours. Peut-être n’est-ce qu’une question de temps avant que les ordinateurs ne se mettent à lire des livres.

Avez-vous lu Skippy dans les étoiles? Si c’est le cas, manifestez-vous dans les commentaires ! Je me sentirai moins seule :p

Je vous dis rendez vous la semaine prochaine (ça sera enfin les vacances *__*) pour les premières acquisitions livresques sur le blog !

 

fond-blanc-1024x957

Du film au livre…

Et non je ne me suis pas trompée ! On va bel et bien parler d’un film qui a été adapté en livre ! C’est souvent le contraire, je sais mais cette fois ci c’est ce film, si merveilleux qui a été réécrit… Je parle bien entendu du Cercle des Poètes Disparus !

Le film : 

 

le-cercle-des-poetes-disparus-10283_lLe Cercle des Poètes Disparus

Date de sortie : 1989

Réalisation : Peter Weir

Avec : Robin Williams, Ethan Hawke, Robert Sean Leonard, …

 

 

Nous lisons et nous écrivons de la poésie parce que nous faisons partie de la race humaine ; et que cette même race foisonne de passions. La médecine, la loi, le commerce et l’industrie sont de nobles occupations, et nécessaires pour la survie de l’humanité. Mais la poésie, la beauté et le dépassement de soi, l’amour : c’est tout ce pour quoi nous vivons.

L’histoire : Todd Anderson, garçon timide et isolé, est envoyé dans la très reconnue académie de Welton, réputée pour être l’une des écoles les plus austères et fermées que le pays connaisse. Cependant, les cours ne seront pas si monotones lorsqu’il fera la rencontre du professeur – peu conventionnel – de littérature Mr Keating aux pratiques d’enseignements assez originales. Passionné de lettres, Mr Keating éveillera chez ses élèves un sentiment d’anticonformisme ainsi qu’un goût très prononcé pour la littérature qui sera une source d’épanouissement pour eux. Adhérant à cette philosophie de vie, certains élèves feront revivre le « cercle des poètes disparus » : organisation secrète rassemblant un groupe d’esprits libres et rêveurs qui échangeront et partagerons leurs lectures et passions. Grâce à ce professeur, la vie de ces étudiants changera à jamais.

Mon avis : WOUAH WOUAH WOUAH. Je pense que ces mots résument assez bien mon avis vis à vis de ce film. Je ne pourrai pas vous dire plus que ces mots en fait :’) Je pense que c’est sans surprise que je vous annonce qu’il s’agit de mon film préféré. Vraiment, ce livre a été une révélation pour moi. Quand bien même j’ai toujours été une férue de littérature et que j’ai toujours su que c’était ma voie, ce film a su, de la même manière que Fahrenheit 451, me faire prendre conscience de l’importance véritable de la littérature. Je n’ai plus aucun doute là dessus : la littérature, les histoires nous rendent humains. Regardez la manière dont la littérature a bouleversé la vie de ces jeunes gens, cela les a épanouis ! Ils se sont découverts en même temps qu’ils ont découvert cette discipline et ça c’est magnifique. J’ai toujours souhaité avoir un prof tel que Mr Keating, je pense qu’il peut vraiment changé des vies par son amour pour la littérature et l’art. Il met en valeur le fait que la littérature est indissociable de la liberté et de la réalisation de soi et ça, malheureusement, peu de gens le voient. Grâce à lui, les élèves deviennent maitres de leur destin. Je vous conseille x1000000 ce film qui saura vous faire verser quelques larmes et qui -peut être-  vous fera voir la littérature différemment.

 

Le livre : 

 

9782253058151-tLe Cercle des Poètes Disparus

N. H Kleinbaum

1991

190 pages

Le Livre de Poche

 

L’Homme n’est jamais aussi libre que quand il rêve (…) ce fut, est et restera la vérité.

L’histoire : Exactement la même, qu’est-ce que vous croyez x)

Mon avis : Tout aussi bien ! Pour le coup, rien n’est différent ! C’est un peu normal aussi… Cette fois ci, c’est le film qui a été réécrit et l’auteur ne s’est accordé aucune liberté supplémentaire. Vous trouvez que j’abuse si je vous dis que c’est un de mes livres préférés du coup? x)

Je vous jure, vous lisez le film ! Ca peut en déranger certains mais moi je trouve ça plaisant de retrouver cette merveilleuse histoire par écrit ! Je vous conseille donc cette lecture, en plus, elle n’est pas longue 😉

Avez vous vu le film? Qu’en avez-vous pensé?

Liriez vous le livre? 🙂

A très bientôt pour un prochain article !

Sara.

fond-blanc-1024x957

Mon livre favori : Fahrenheit 451

Hello à tous !

Je vous retrouve aujourd’hui pour le tout premier article du blog! Et quoi de mieux pour commencer que de parler de son livre préféré?

Et oui, bien que nous ayons tous pleeeeeins de livres que nous adorons et chérissons tous, certains arrivent tout de même à se démarquer et prennent la première place dans nos coeurs. En ce qui me concerne, j’avoue, j’ai eu du mal à départager mes trois livres préférés de tous les temps MAIS j’ai quand même réussi à choisir celui que je vais vous présenter aujourd’hui… il s’agit de la crème de la crème, du merveilleux Fahrenheit 451 de Ray Bradbury ! (Mais promis, je vous parlerai de mes deux autres livres cultes une prochaine fois :p )

9782070415731FS.gif

Fahrenheit 451 :

Ray Bradbury

1953

237 pages

Folio SF

451 degrés Fahrenheit représentent la température à laquelle un livre s’enflamme et se consume

Sachez d’ores et déjà que je souhaite être enterrée avec ce livre. Voilà, ça me semblait important de le préciser.

L’histoire : Dans cette oeuvre de science fiction dystopique, la lecture, considérée comme un acte subversif, est interdite.  Etant une source de réflexion et de questionnement, cette pratique est férocement condamnée car elle serait un danger pour la société. Ainsi pour pouvoir assurer sa suprématie, elle ordonne aux pompiers de brûler les livres. Nous suivons donc l’histoire du pompier pyromane Montag qui, au fil de l’histoire, va arrêter de brûler les livres. Il va progressivement se demander pourquoi certaines personnes sont tant attachées à cet objet qui, d’apparence, semble futile. Cette histoire relate donc l’évolution d’un pilleur du livre qui se transforme en son défenseur.

Mon avis : Ce roman est juste à couper le souffle. Comment ne pas en être époustouflé? Pour les passionnés et amoureux de la lecture, l’histoire de Montag ne peut que nous toucher profondément. Ray Bradbury met en lumière l’importance et la puissance considérable du livre. En effet, il ne s’agit pas seulement d’un objet constitué de pages reliées entre elles sur lesquelles 26 lettres se mélangent et se répètent continuellement. Le livre est une arme. Il renferme le savoir et nous permet de développer notre esprit critique : ce que la société veut nous enlever. Ainsi, il est important de se battre pour sa conservation, il est essentiel à l’humanité.

Ce livre est un miroir de la réalité. Sachant qu’il a été écrit quelques années après la Seconde Guerre Mondiale, on sent bien que ce livre ne relève pas uniquement de la fiction mais bien aussi de la réalité. C’est malheureux de le dire mais les autodafés ont existé sous le régime nazi. La puissance du livre est donc irréfutable puisqu’on a déjà essayé de s’en débarrasser par le passé. De plus, ce roman est intemporel car il dépeint une société qui pourrait encore être notre. Et oui, n’oublions pas, ce livre est une dystopie ! Qui dit dystopie dit… futur ! Nous pouvons ainsi voir une mise en garde pour notre avenir… nous ne devons pas nous laisser diriger par la société si les conséquences sont la perte de soi et l’absence de connaissances. Après avoir lu ce livre, vous ne pourrez plus jamais douter du pouvoir que la lecture exerce sur nous… et croyez moi, pour les lecteurs passionnés, ce roman ne peut que renforcer votre amour pour le livre !

Avez vous lu Fahrenheit 451? Qu’en avez vous pensé?

Quel est votre livre préféré? Dites moi pourquoi vous l’aimez tant en commentaire !

A très vite pour un prochain article 🙂

Sara.

fond-blanc-1024x957

Présentation

Bonjour à tous !

104425dfcfc764a0c2d940d4c0324de1

Ca y est, on est le 24 novembre 2016 et je lance officiellement mon blog ! Cela fait un petit moment que j’avais cette idée en tête et maintenant c’est chose fait ! Et j’en suis ravie ! Cependant, avant de commencer à faire mes articles concernant mes lectures et autres (hahaha mystère ! Je suis une fille pleine de surprises, je sais 😉 ) il me semblait nécessaire de faire ce mini article de présentation pour que vous pouviez un minimum cerner la personne derrière Histoire éternelle.

Je m’appelle Sara, j’ai 18 ans actuellement et comme vous pouvez vous en douter… la lecture est ma vie ! Je suis passionnée par ce loisir depuis toute petite, si bien que j’ai envie d’en faire mon métier ! Je suis également une très grande fan de Disney, GoT, Harry Potter (la base), de rock et de CHATS ! Et vous, qui êtes vous? N’hésitez pas à me laisser des commentaires, ça me ferait plaisir d’en apprendre sur vous ^^

Pourquoi le nom « Histoire éternelle » ?

Déjà, pour les incultes, cet ensemble de deux mots provient de la merveilleuse chanson de la Belle et la Bête, le Disney. Et aimant de tout coeur cet univers, choisir ce nom était comme une évidence… De plus, Belle est vraiment un personnage qui me correspond. C’est une rêveuse, passionnée de lectures, qui rêve d’un monde meilleur, qui rêve de vivre dans le monde de ses bouquins… et j’avoue c’est ce que je fais en lisant 🙂 Puis j’aime cette idée d’histoire qui dure indéfiniment, ça représente pour moi une aventure infinie (et donc un plaisir infini).

Maintenant, entrons dans le vif du sujet ! Sur ce blog vous trouverez :

  • Des articles concernant mes dernières lectures, mes livres préférés, mes acquisitions et autres…
  • Je vais essayer de faire de temps en temps des « points culture » sur l’histoire littéraire, l’histoire du livre. L’histoire étant ma deuxième passion après le livre, j’ai envie de l’inclure dans ce blog.
  • Des articles sur mes projets en rapport avec le livre. Et oui, étant étudiante en MDL (Métiers du livre), j’ai pas mal de projets à faire autour de ce domaine là, et je pense que c’est très intéressant de partager ça avec vous !
  • Et après bah…. on verra au fur et à mesure ! Puis, je ne vais pas non plus tout vous révéler maintenant quand même…. ça ne serait pas drôle !

Je vous préviens dès maintenant…. Je ne me prends pas du tout au sérieux ! Alors même si je suis une férue d’orthographe (vous trouverez quand même des fautes hein bien sûr), que j’aime écrire etc… Je ne compte pas utiliser toutes les subtilités de la langue française :’) Au contraire, je compte plutôt écrire comme je parle, je trouve ça plus naturel et ça instaure un rapport de proximité entre nous, non?

J’ai tout dit ! Sur ce, je vous laisse et vous dis à bientôt pour le tout premier article sur le blog Histoire éternelle!

fond-blanc-1024x957